Cause OACIQ vs DuP : Les courtiers immobiliers pourraient tirer avantage de la situation

Vendredi, 26 juillet 2013

 
 
 



Ca y est! La Cour supérieure vient de rejeter l'appel de l'Organisme d'autoréglementation du courtage immobilier du Québec (OACIQ). Ce deuxième revers pour l'OACIQ a suscité de nombreux commentaires de la part des courtiers immobiliers du Québec. Certains n'ont pas été tendres à l'endroit de l'organisme dont la mission est, entre autres, de faire appliquer et respecter la Loi sur le courtage immobilier et de veiller à la protection du public.
 
Au-delà de toutes ces critiques ou commentaires, je crois que nous pouvons tirer des leçons de cette situation et même en retirer des bénéfices. Une chose est claire avec ce jugement. Les firmes de marketing en immobilier sont là pour rester.
 
Une occasion de se démarquer
Dès lors, comment doivent réagir les courtiers immobiliers? C'est là que nous devons démontrer notre supériorité. Au lieu de s'apitoyer sur ce double revers et ses conséquences, laissons aux avocats le plaisir d'argumenter et regardons de plus près ce que nous pouvons faire pour changer les choses.
 
À mon avis, ce deuxième jugement doit nous forcer à redéfinir notre positionnement dans les plus brefs délais. Que nos instances cherchent à clarifier la situation, à instaurer des balises dans la pratique des firmes de marketing et à protéger le public est une chose. Cela ne change rien dans notre pratique quotidienne. Il est temps de poser des actions claires au lieu de laisser les autres décider pour nous-mêmes.
 
Il est évident que des firmes de marketing immobilier à la DuP… ajoutent à la compétition déjà vive dans le domaine du courtage immobilier. Toutefois ce type d'acteurs nous ouvre une porte que nous devrions défoncer avec enthousiasme. En effet, les firmes de marketing ont la fâcheuse habitude de réduire le travail du courtier immobilier à une simple activité de marketing. Ces firmes n'ont pas intérêt à faire la démonstration que la réalisation d'une transaction immobilière, réussie et sécuritaire, nécessite des compétences qu'un « agent de marketing » ne possèdent pas.
 
Valoriser et promouvoir le rôle du courtier
En tant que professionnels du courtage immobilier nous avons plus que jamais le devoir de faire valoir nos compétences et nos connaissances dans les divers champs d'expertise impliqués dans une transaction immobilière.
 
Mieux encore, nous devrions prendre tous les moyens à notre disposition pour développer nos compétences, ajouter des expertises qui peuvent prendre des formes diverses : l'ajout d'un deuxième volet comme le courtage hypothécaire pour les courtiers immobiliers ou l'inverse pour les courtiers hypothécaires, par exemple. Comme autres exemples, pourquoi ne pas parfaire ses connaissances dans le créneau des condominiums ou de l'inspection en bâtiment?
 
En ajoutant des cordes à son arc, en valorisant ses compétences durement acquises au fil des années et des nombreuses formations annuelles, le courtier immobilier est en mesure de démontrer sa valeur ajoutée au consommateur. Il peut faire office d'un véritable protecteur des intérêts du public et ainsi augmenter sa crédibilité.
 
Éduquer le public
Il nous faut dépasser le stade de l'étiquette du « simple intermédiaire ou du vendeur à commission ». La nouvelle Loi sur le courtage immobilier nous impose de nombreuses obligations et responsabilités dont une éventuelle formation continue.
 
Dans un tel contexte, l'OACIQ aurait également tout intérêt à éduquer le public. Pourquoi ne pas investir dans une campagne publicitaire nationale pour permettre aux consommateurs de bien saisir la distinction entre une firme de marketing qui s'occupe uniquement de mise en marché et, un courtier immobilier qui agit comme un véritable professionnel en courtage immobilier offrant un rôle conseil et une expertise en négociation hors pair?
 
Réglementer la publicité des taux de commission
Si nous poussons notre réflexion plus loin, il faut bien admettre que nos propres façons de faire viennent enchérir le message véhiculé par des firmes à la DuP… Je fais allusion ici à tout ce qui réduit notre travail de professionnel du courtage immobilier à un taux de commission. En embarquant dans la guerre publicitaire de prix sur les frais de courtage, nous alimentons le jeu de ces firmes qui tentent de diminuer l'importance de notre travail.
 
Il est impératif que nous profitions de ce concours de circonstances pour réfléchir ensemble sur la pertinence de publiciser nos taux de commission et autres forfaits. Ne pourrions-nous pas inviter l'OACIQ à réglementer le volet publicitaire relié aux honoraires, comme plusieurs autres ordres professionnels?
 
N'hésitez pas à me faire part de vos commentaires en privé ou sur ce blogue. Il est plus important que jamais de faire progresser notre réflexion et de nous donner une stratégie qui nous aidera à nous démarquer.
 
Au plaisir de vous lire.


Ajouter un commentaire

Prénom :*
Nom :*
Agence :*
Commentaire :*


 

Voulez-vous ajouter la pratique hypothécaire à vos services immobiliers?
Découvrez comment augmenter vos revenus!




Vous êtes franchisé et vous souhaitez évaluer d'autres modèles d'affaires?
Nous avons la solution!




Comment faire profiter à vos courtiers des services du RCIIQ tout en demeurant indépendant?
Voici comment!




Connaissez-vous les avantages à devenir membre du RCIIQ?
Et ce n'est qu'un début, ici!




Vous travaillez avec des inscriptions commerciales et vous recherchez un appui dans vos transactions?
Découvrez notre équipe commerciale!






Inscrivez-vous gratuitement à notre infolettre

Votre courriel :*



Restez branché!

Recevez en direct nos alertes « dernières heures », et toutes les nouvelles du site en vous abonnant à notre fil RSS!








Copyright (C) Yvon Poirier 2011 - Tous droits réservés