Comment la CIGM pourra-t-elle répondre aux besoins de l'autre moitié de ses membres?

Dimanche, 15 décembre 2013

 
 
 


L'annonce des administrateurs de la CIGM de maintenir leur décision de mettre fin à leur adhésion à l'ACI était prévisible à la suite du dévoilement des résultats. La majorité d'à peine 66 voix en faveur de ce retrait fournit une « certaine légitimité » aux élus, si l'on s'appuie sur le strict principe démocratique auquel je souscris.

Toutefois, avec un résultat aussi serré, il est difficile de prétendre, comme le fait le président de la CIGM dans son message, que « ce résultat confirme que le statu quo ne pouvait plus durer ». Avec seulement 66 voix de différence, tout observateur objectif de la scène note que les forces en présence sont nez à nez. La victoire aurait pu aller d'un côté comme de l'autre. D'ailleurs, une aussi faible majorité lors d'élections entraine très souvent un recomptage judiciaire afin de s'assurer du résultat final avant de confirmer l'élection d'un candidat.1

L'empressement de la CIGM est-il raisonnable?

Un décompte aussi serré devrait normalement inciter les administrateurs de la CIGM à la prudence et à une réflexion profonde sur les conséquences de cette dissension réelle, affichée au grand jour (50,9 % vs 49,1 %). Les administrateurs de la CIGM ne devraient-ils pas se demander s'il est raisonnable de créer un tel clivage entre les membres? Est-ce défendre les intérêts des membres que de créer une division au sein de la plus importante Chambre immobilière du Québec?

Nos élus devraient tout autant s'interroger sur les conséquences de leur décision en ne perdant jamais de vue que 49,1 % de leurs membres se sentent délaissés, voire même floués.

Après plus de deux ans de discussion sur ce sujet, il est clair que les administrateurs de la CIGM n'ont jamais réussi à rallier les membres à leur projet d'une façon significative. Si le dossier provenait vraiment d'une volonté populaire de la part des courtiers, il aurait suscité une adhésion beaucoup plus forte. Tel n'est pas le cas avec cette majorité de 66 voix. Il faut à cela souligner qu'il aura fallu à la CIGM une deuxième tentative, pour en arriver à la conclusion qu'elle souhaitait.

Quoiqu'il en soit, l'empressement de confirmer auprès de l'ACI, le retrait définitif de la CIGM, ne laisse aucun doute sur les intentions initiales du conseil d'administration de la CIGM dans ce dossier. C'était d'ailleurs la seule chose claire et nette dans cette saga qui a suscité énormément de questions, trop souvent laissées sans réponse, par ailleurs.

Respecter les membres exige transparence et réponses claires

Si, comme l'affirme le président de la CIGM, il est important de respecter l'opinion de tous les membres, il est difficile de comprendre les façons de faire de la CIGM dans ce dossier. En quoi, le retrait de l'ACI, dans le contexte actuel, tient compte des réalités des membres?

Comment la CIGM entend répondre aux besoins de ceux qui souhaitent conserver leur adhésion à l'ACI? Est-ce que les administrateurs de la CIGM ont prévu offrir des services à la carte à leurs membres? Ainsi, ceux et celles qui souhaitent conserver leur adhésion à l'ACI pourraient le faire.

Voilà des questions légitimes qui réclament des réponses claires et précises de la part des administrateurs de la CIGM. N'est-ce pas l'engagement que le président ne cesse de réitérer dans ses communications  « nous serons là pour répondre à vos questions… »? Pour respecter sa parole, le président ne devrait-il pas dès cette semaine, répondre aux questions soulevées et fournir toutes les indications concernant son plan de match pour l'année 2014 afin d'éliminer l'incertitude chez les courtiers?

Un signal d'alarme pour tous les courtiers?

Bref, le vote serré des membres de la CIGM devrait servir de signal d'alarme à toutes les autres Chambres et à toute l'industrie du courtage immobilier structuré.
  • Quelles sont les conséquences de l'existence de deux classes de courtiers immobiliers au Québec (avec et sans MLS)?
  • Comment les courtiers immobiliers désireux de conserver leur adhésion à l'ACI vont réagir?
  • Comment les consommateurs agiront-ils devant la baisse de l'offre de services de certains courtiers immobiliers?
  • Comment les firmes de marketing à la DuP profiteront-ils de la situation?
Malheureusement, les courtiers immobiliers ne peuvent s'appuyer sur aucune analyse et recommandations puisque les administrateurs de la CIGM n'ont jamais daigné commander une étude d'impacts sur le retrait de l'ACI pendant les deux ans qu'a duré cette saga. En quoi ne pas réaliser une telle étude contribue à la défense des intérêts des courtiers immobiliers?

Alors que les questions fusent, il est évident que le dossier n'est pas réglé pour autant, sauf peut-être dans la tête de nos élus. À mon humble avis et je le déplore profondément, la CIGM a ouvert une boîte de Pandore dont les courtiers font les frais depuis plus de deux ans déjà et feront les frais encore longtemps…

N'hésitez pas à nous faire connaître vos opinions, analyses et suggestions sur ce sujet qui aura une incidence majeure sur la pratique du courtage immobilier dans les prochains mois.
 
1 Curieusement, pour ce 2e vote consultatif, les membres de la CIGM n'ont jamais été informés par écrit des règles en vigueur (communications, délai, rigueur dans les mesures de sécurité du vote, etc.). Les membres n'ont pas davantage eu de précision sur le nom de la firme responsable garantissant la neutralité et la conformité du processus. Ce n'est que le jeudi 12 décembre que les membres ont su que le processus de votation se terminait finalement à midi, ce jour-là alors que les premières communications comportaient des erreurs de date et ne fournissaient aucune heure. Bref, devons-nous parler d'improvisation et d'absence de rigueur? À tout cela s'ajoute le moment choisi pour la consultation, soit après l'envoi de la lettre signifiant le retrait de l'ACI en septembre. Il est dommage d'entacher tout le processus démocratique d'un vote consultatif, d'une si grande importance pour les élus, par un manque flagrant de préparation et de transparence. Encore là, une telle façon d'agir ne fait que nourrir le doute…
 

Ajouter un commentaire

Prénom :*
Nom :*
Agence :*
Commentaire :*


 

Voulez-vous ajouter la pratique hypothécaire à vos services immobiliers?
Découvrez comment augmenter vos revenus!




Vous êtes franchisé et vous souhaitez évaluer d'autres modèles d'affaires?
Nous avons la solution!




Comment faire profiter à vos courtiers des services du RCIIQ tout en demeurant indépendant?
Voici comment!




Connaissez-vous les avantages à devenir membre du RCIIQ?
Et ce n'est qu'un début, ici!




Vous travaillez avec des inscriptions commerciales et vous recherchez un appui dans vos transactions?
Découvrez notre équipe commerciale!






Inscrivez-vous gratuitement à notre infolettre

Votre courriel :*



Restez branché!

Recevez en direct nos alertes « dernières heures », et toutes les nouvelles du site en vous abonnant à notre fil RSS!








Copyright (C) Yvon Poirier 2011 - Tous droits réservés