Dossier CIGM vs ACI - Des communications qui suscitent des inquiétudes

Vendredi, 14 septembre 2012

 
 
 


À la suite de l’annonce de la CIGM, vendredi dernier, de reporter son vote consultatif, je croyais bien à propos de laisser retomber la poussière sur le dossier-choc « CIGM et son retrait de l’ACI ». Toutefois, les deux communications reçues entretemps m’incitent à reprendre le collier en mettant à profit ces quelques jours de répit. Qui sait si en nous donnant un peu de recul, nous pourrions voir les choses différemment?
 
Dans les faits, rien n’est moins certain. La récente communication directe de l’Association canadienne de l’immeuble (ACI) aux membres de la CIGM a ramené sur le tapis, quelques faits troublants. Prenons-en un tout simple.
 
C’est au cours des assemblées d’information que nous avons appris que les protocoles et pratiques entre les Chambres immobilières et l’ACI, interdisaient à cette dernière de communiquer directement avec les membres.
 
La CIGM avait donc la responsabilité d’informer les membres de l’existence de nouveaux outils ou services offerts aux membres par l’ACI, ces dernières années. Le constat est cruel. Les courtiers membres de la CIGM n’ont pas été informés par leur Chambre du lancement et /ou de l’existence des applications mobiles Realtor.ca et ICX.ca, créées par l’ACI. La raison évoquée en pleine assemblée d’information pour expliquer ce silence de la CIGM? Je vous le donne en mille : « la CIGM n’avait pas à faire la promotion des services de l’ACI. »
 
Les représentants de l’ACI ont rapidement remis les pendules à l’heure en expliquant le protocole entendu entre les Chambres et l’association canadienne. L’explication fournie à nouveau, sous la forme d’un communiqué transmis le 10 septembre dernier, a le mérite de rappeler ce fait à l’ensemble des membres de la CIGM.
 
Elle nous oblige du même coup à questionner les agissements de la CIGM. Est-il possible que la CIGM, aux prises avec le dossier du retrait de l’ACI, à l’étude depuis 2010, n’ait pas jugé bon de promouvoir les bénéfices que pouvaient apporter l’ACI à ses membres? Pourquoi priver les courtiers immobiliers membres de la CIGM, d’un outil formidable d’inscriptions que constitue l’application mobile realtor.ca? Est-ce que le silence depuis 2010 à propos de ces applications servait le bien commun des courtiers immobiliers sur le terrain?
 
Par ailleurs, comment interpréter la revendication de la CIGM contre l’ACI sur les dédoublements de services alors que la CIGM, elle-même, crée ses propres dédoublements, en investissant les contributions des membres dans une application mobile similaire à celle de realtor.ca? Cette nouvelle application mobile, accessible au public, serait semble-t-il, lancée cet automne. Alors que tout le monde recherche la dernière nouveauté, on m’a signalé que cette application de la CIGM n’offrirait même pas autant de renseignements que celle de l’ACI. Comment se démarquer si ce que nous allons offrir est du réchauffé sans apporter de valeur ajoutée?
 
La façon qu’a eue la CIGM de gérer cet unique aspect de ce dossier « complexe » a de quoi nous rendre perplexes, pour ne pas dire autre chose…
 
 
Le vote consultatif aura finalement lieu les 25, 26 et 27 septembre
 
La nouvelle du report du vote consultatif le 7 septembre, à 48 heures d’avis, avait de quoi être surprenante. La communication de cette semaine, à l’effet que le vote sera finalement demandé, à quelques jours de l’échéance finale du 30 septembre, a de quoi provoquer la méfiance sur les bonnes pratiques de gouvernance et de transparence.
  1. Est-il possible que la CIGM ait simplement voulu briser le momentum du courant provenant des courtiers qui réclamait de ses dirigeants, un report de la décision tout simplement?
     
  2. Si la raison principale est vraiment l’étude de faits nouveaux sur ses revendications, pourquoi la CIGM n’a pas immédiatement fourni aux courtiers, les informations sur ces faits nouveaux au lieu d’attendre une semaine de plus?
     
  3. Est-ce que le libellé de la question du vote consultatif proposée aux assemblées d’information reste le même?
     
  4. Que cache la décision de la CIGM de reporter le vote consultatif à la fin du mois, à quelques jours de l’échéance finale? Est-ce simplement un exercice de bonne conscience?
     
  5. Pourquoi maintenir un vote consultatif et engager des frais à même les cotisations des courtiers membres alors que la CIGM sait pertinemment que ses revendications ont obtenu des réponses claires et positives de l’ACI, largement exposées aux rencontres d’information?
 
Cette façon de faire laisse transparaître quelques signes d’improvisation. Elle ne semble pas non plus être à la hauteur du statut de la 2e plus importante Chambre au Canada. Normalement, une organisation de ce calibre doit faire montre de rigueur en matière de gouvernance et de transparence. On sent plutôt poindre, ci et là, les signes d’une organisation ultra puissante avec tout ce que cela implique lorsqu’il n’y a pas de contre-pouvoir.
 
Enfin, autre fait surprenant, depuis le début de ce processus, les membres du conseil d’administration de la CIGM prennent tout le temps qu’ils souhaitent s’accorder. Bizarrement, ils se donnent une seule journée pour réfléchir et prendre la décision finale à la suite du dévoilement des résultats du vote consultatif qui se terminera le 27 septembre.
 
Devons-nous en conclure que les dés sont pipés d’avance? Lors des assemblées d’information, M. Juanéda a clairement indiqué que la décision appartenait aux membres du conseil d’administration.  Par conséquent, devons-nous comprendre qu’ils ne se sentent pas obligés de respecter le verdict du vote consultatif? Qu’en sera-t-il si le résultat du vote est serré, par exemple 45 % – 55 % ?
 
Comme vous, j’ai bien hâte de connaître les nouvelles conclusions de l’analyse du conseil d’administration de la CIGM. Nous serons à même de réagir en conséquence en participant massivement à cette consultation et en exprimant, haut et fort, notre désir de reporter toute décision relative à un retrait de l’ACI avant d’obtenir des garanties claires de la CIGM. Si cette décision comporte des « risques sérieux pour notre avenir », comme se plaît à le dire, M. Juanéda, il est normal que nous exigions des preuves évidentes et toujours absentes au moment d’écrire ces lignes.

Ajouter un commentaire

Prénom :*
Nom :*
Agence :*
Commentaire :*


 

Voulez-vous ajouter la pratique hypothécaire à vos services immobiliers?
Découvrez comment augmenter vos revenus!




Vous êtes franchisé et vous souhaitez évaluer d'autres modèles d'affaires?
Nous avons la solution!




Comment faire profiter à vos courtiers des services du RCIIQ tout en demeurant indépendant?
Voici comment!




Connaissez-vous les avantages à devenir membre du RCIIQ?
Et ce n'est qu'un début, ici!




Vous travaillez avec des inscriptions commerciales et vous recherchez un appui dans vos transactions?
Découvrez notre équipe commerciale!






Inscrivez-vous gratuitement à notre infolettre

Votre courriel :*



Restez branché!

Recevez en direct nos alertes « dernières heures », et toutes les nouvelles du site en vous abonnant à notre fil RSS!








Copyright (C) Yvon Poirier 2011 - Tous droits réservés