FCIQ, une représentation aveugle qui ne répond à aucune question

Mercredi, 17 mai 2017

 
 
 


La majorité des secteurs d’affaires sont représentés par une ou plusieurs organisations dont les missions et les responsabilités fluctuent selon leurs objectifs et leur administration. Dans le cas du courtage immobilier et hypothécaire, nous sommes actuellement encadrés par l’Organisme d’autoréglementation du courtage immobilier du Québec (OACIQ), qui oriente ses activités autour de la protection du public, et la Fédération des chambres immobilières du Québec (FCIQ) qui a pour but « de défendre, protéger et promouvoir les intérêts des courtiers immobiliers de la province »*.

Dans un marché où la notion de courtage n’est pas encore clairement établie et où les courtiers doivent continuellement se faire valoir en tant que professionnel compétent, ceux-ci doivent pouvoir compter sur des instances qui prennent au sérieux leur devoir de représentation et qui ont à cœur l’intérêt de leurs membres.
 

Un devoir de représentation
En mars 2016, le budget provincial du ministre des finances en a surpris plus d’un en annonçant son intention de transférer l’encadrement du courtage hypothécaire sous la supervision de l’Autorité des marchés financiers (AMF). À mon sens, lorsque le gouvernement envisage de restreindre le champ de pratique actuel des courtiers détenant un permis plein exercice, un droit acquis depuis plusieurs années, c’est exactement le genre d’événement qui nécessite une intervention réfléchie d’un organisme dédié à la défense, à la protection et à la promotion de ses membres. Rappelons malheureusement que le 17 juin 2016, la FCIQ témoignait, dans un communiqué à ses membres, de ses démarches auprès du gouvernement dans le cadre de la session parlementaire afin d’appuyer le transfert de l’encadrement du courtage hypothécaire à l’AMF.

Choqué par cette position qui ne représentait nullement mes convictions en tant que membre d’une chambre immobilière, ni celles de plusieurs de mes collègues, j’ai pris sur moi de questionner les investigateurs de cet «appui» afin de comprendre le processus de réflexion qui l’avait précédé. Notons également que dans cette prise de position, je n’ai noté aucune consultation des courtiers membres de la part de leur chambre immobilière, une perspective pour le moins alarmante si l’on considère la mission de la FCIQ.

En tant que courtier qui cumule plus de 40 ans dans la profession, impliqué à plusieurs reprises dans des comités de représentations, je n’ai aucunement la prétention de détenir une vérité absolue, mais je me fais un devoir de questionner une démarche qui ne semble pas être née d’une concertation représentative.
 

Matières à réflexion
  1. Qu’est-ce qui légitime le transfert de la pratique hypothécaire vers l’AMF ? ;
  2. Quels sont les avantages pour les courtiers dans le cadre de ce transfert de juridiction ? ;
  3. Suite à ce transfert, comment peut-on garantir les droits acquis des permis plein exercice des courtiers ? ;
  4. Comment garantir que la double pratique, à la fois immobilière et hypothécaire, pourra continuer de s’exercer sans restriction ni contrainte ? ;
  5. Pourquoi prendre cette position quant à un transfert alors que l’OACIQ se montre favorable à l’ajout d’expertise et au développement des compétences des courtiers, comme le démontre les nombreuses formations continues hypothécaires présentes dans leur programme ? ;
  6. Compte tenu des enjeux, pourquoi la fédération ne réalise pas une étude afin de mieux comprendre le travail effectué et les services qui sont offerts par les courtiers sur le terrain, ainsi que leur impact pour l’industrie ?
Ces questions ont été textuellement transmises par courriel de ma part, en juillet 2016, à la chef de direction de FCIQ, Mme Pénéla Guy, ainsi qu’à tous les directeurs des différentes chambres immobilières du Québec. Ces interrogations témoignaient d’un véritable cri du cœur, sincèrement inquiet pour la représentation des courtiers auprès du gouvernement et tout à fait ouvert à comprendre la démarche de cet organisme et de ces représentants. Mais c’est dans un mélange d’incompréhension et de stupéfaction que nous avons reçu principalement des silences de la part des directeurs et une réponse laconique de la chef de direction :

« Le comité de relations gouvernementales s’est penché sur vos réflexions et en est venu à la conclusion suivante. La position de la FCIQ face à la recommandation du gouvernement de transférer les courtiers hypothécaires à l’AMF ne changera pas. »

Ce courriel du 15 août 2016 s’inscrit comme une brève sentence qui ne fit jamais écho aux nombreuses questions légitimes qui demeurèrent sans réponse, ne laissant que le goût amer d’une démarche bureaucratique sourde aux inquiétudes de ses membres. Je suis tout à fait enclin à donner le bénéfice du doute, et je ne remets pas en doute l’entièreté des actions précédemment posées par la FCIQ, mais cette situation particulière ne fait qu’accentuer mes inquiétudes et alimenter une profonde détresse quant à l’avenir de notre profession.
 

Un silence qui en dit long
Je ne peux m’empêcher de m’interroger sur la vision à long terme de nos instances quant à l’avenir et l’évolution du courtage immobilier et hypothécaire au Québec. Comment peut-on prendre position au nom de plusieurs milliers de courtiers sans arguments et sans avoir consulté ces mêmes individus ? Comment peut-on appuyer une action aussi lourde de conséquences sans être en mesure de justifier cette démarche ?

Je crains pour l’avenir du courtage immobilier et hypothécaire, je crains pour cette nouvelle génération qui tente de se faire valoir et qui ne semble pas pouvoir compter sur un quelconque appui, ou du moins sur une réelle écoute. Je crois profondément que les courtiers de la nouvelle génération devront s’imposer davantage grâce au développement de leurs expertises et pour ce faire, ils doivent, entre autres, pouvoir compter sur le support et l’encadrement des instances qui les représentent. Que pouvons-nous espérer pour la suite?

*source : Mission et vision de la FCIQ - http://www.fciq.ca

Commentaires

Louise Montgrain, Louise Montgrain
19 mai 2017 à 7:10

M Poirier, très bonnes observations! Cependant, il semblerait que les courtiers hypothécaires contemplent l'idée de déménager leurs affaires à l'AMF depuis un certain temps. Ils sont heureux de sortir de l'OACIQ. En espérant que l'aspect des droits (permis) et privilèges de pratique sera aussi mieux encadré. De bonnes questions que vous soulevez!
Mme Gauthier, félicitations et merci pour votre réplique.

Diane Gauthier, Planiprêt Hypothèques, Agence Hypothécaire
18 mai 2017 à 22:12

Personnellement, je crois que le changement de la règlementation sera plus que bénéfique pour les courtiers hypothécaires ainsi que pour notre industrie. Le travail du courtier hypothécaire ne se limite pas à trouver le meilleur taux pour un client.

Notre travail consiste d'abord et avant tout à analyser tous les aspects financiers du client et surtout l'aider à élaborer un budget réaliste afin qu'il puisse réaliser ses objectifs à court, moyen et long terme. Il s'agit, pour plusieurs, du plus important investissement de leur vie. Les changements au niveau des règles de financement hypothécaire en sont un bon exemple et ce n'est sûrement pas fini.

Il existe dans le marché une multitude de produits financiers et il est important pour le client d'être bien conseillé et ce, de façon professionnelle et indépendante.

Nous sommes en tant que courtier hypothécaire, des professionnels du domaine financier. Notre travail est important et il doit être reconnu à sa juste valeur.

Actuellement, l'OACIQ protège très peu les intérêts des courtiers hypothécaires malgré les quelques efforts démontrés au cours des dernières années.

Pour ceux qui ont le double permis, je crois qu'il faudra faire un choix on ne peut plus se dire spécialiste en tout. Le métier de courtier immobilier et hypothécaire ne requiert pas la même formation ni les mêmes compétences. Le domaine financier évolue rapidement et il faut maintenir à jour ses compétences.

Reconnaissons la profession de courtier hypothécaire à sa juste valeur autant que celle du courtier immobilier.

P.s.: Pour votre information, les représentations se font auprès des instances concernées par nos dirigeants d'agences autant au niveau gouvernemental qu'auprès de L'AMF et de L'OACIQ. Je considère que nous sommes très bien représentés par les personnes qui sont les mieux placées pour connaitre nos réalités.

Bonne fin de journée!

Walid Hammami, Dominion Lending
18 mai 2017 à 15:27

Heureusement qu'on va être encadré par l'AMF (finalement).

Il faut dire que être encadré par l'AMF est plus prestigieux que d'être encadré par l'OACIQ. Il faut pas se leurrer...

L'OACIQ n'a rien fait pour nous les courtiers hypothécaires. Les courtier immobilier compétitionnent contre nous juste en référant le numéro de téléphone du client.

Les courtiers immobilier pour nous c'est comme Duproprio pour les courtiers immobiliers.

Claude Leclair, La maison du consommateur
18 mai 2017 à 15:02

Bonjour Yvon,

Je constate que ton bonheur est aussi grand que le mien. Personnellement j'ai aussi reçu une réponse qu'on qualifierait de laconique.

Cordiales salutations.

Texte écrit le 3 juillet 2015 à la CIGM:

Bonjour,

Personnellement je n'ai qu'un rêve et c'est de voir M. Nadeau et ses sbires de l'OACIQ prendre une déculottée royale.

L'OACIQ joue hypocritement sur 2 tableaux. D'un côté elle se targue de protéger le consommateur et de l'autre elle fait semblant de protéger l'industrie contre les Du Proprio de ce monde.

J'ai constaté depuis que l'OACIQ existe et avant elle l'ACAIQ que les courtiers sont toujours coupables et doivent prouver leur innocence. Elle fait bien son job de protéger le consommateur.

Lorsqu'elle cherche à nous berner comme avec l'affaire Du Proprio et avec l'affaire Proprio Direct (1993-1994) en prétendant protéger les courtiers là ça ne va plus.

Il est grandement temps que les courtiers soient protégés et j'aimerais être rassuré et convaincu que la CIGM & la FCIQ ont ce mandat ou du moins qu'ils l'intention de le prendre.

Si oui il faudrait confirmer aux courtiers que vous êtes là pour eux et aussi dénoncer l'OACIQ lorsqu'elle tente de berner les courtiers.

Merci.

Réponse de la CIGM le même jour.

Bonjour M. Leclair,

Nous tenons à vous remercier pour votre suggestion.

Soyez assuré qu'elle sera transmise au conseil d'administration de la Chambre.

Bon week-end !


Ajouter un commentaire

Prénom :*
Nom :*
Agence :*
Commentaire :*


 

Voulez-vous ajouter la pratique hypothécaire à vos services immobiliers?
Découvrez comment augmenter vos revenus!




Vous êtes franchisé et vous souhaitez évaluer d'autres modèles d'affaires?
Nous avons la solution!




Comment faire profiter à vos courtiers des services du RCIIQ tout en demeurant indépendant?
Voici comment!




Connaissez-vous les avantages à devenir membre du RCIIQ?
Et ce n'est qu'un début, ici!




Vous travaillez avec des inscriptions commerciales et vous recherchez un appui dans vos transactions?
Découvrez notre équipe commerciale!






Inscrivez-vous gratuitement à notre infolettre

Votre courriel :*



Restez branché!

Recevez en direct nos alertes « dernières heures », et toutes les nouvelles du site en vous abonnant à notre fil RSS!








Copyright (C) Yvon Poirier 2011 - Tous droits réservés