La revendication de la CIGM tombe à l'eau: Il n'y aura pas d'inscriptions privées sur Realtor.ca (MLS/SIA)

Mercredi, 15 août 2012

 
 
 



Dans une communication de l’Association canadienne de l’immeuble (ACI), rendue publique auprès des élus en juillet 2012, il a été clairement indiqué que le comité de mise en œuvre du plan sur l’avenir du système structuré de l’immobilier au Canada recommandait de laisser tomber la proposition visant à afficher sur Realtor.ca, les ventes privées (AVPP) et les données autres que celles du MLS. 
 
La recommandation qui sera présentée lors de la rencontre prévue cet automne fait suite à une évaluation juridique. Elle affirme en substance « qu’aucune analyse de rentabilité relevée ne serait suffisamment convaincante pour justifier d’assumer de tels risques ». 
 
Voilà une excellente nouvelle pour les courtiers immobiliers. Les craintes soulevées par bon nombre d’entre eux dans de nombreux messages sur les blogues et autres plateformes Web, ces dernières semaines, devraient ainsi baisser d’un cran ou deux, avec la confirmation de cette communication de l’ACI.
 
 
Transparence ou désinformation?
 
Dans le contexte québécois actuel, il me semble essentiel que cette information circule rapidement auprès de tous les courtiers immobiliers. En effet, il faut se rappeler que cet argument semble compter pour beaucoup dans les motivations de la Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM) de se séparer de l’ACI, entraînant dans son sillon, les autres Chambres.
 
Curieusement, dans les deux derniers messages de M. Juanéda, président de la CIGM, dont celui de cette semaine, il ne fait aucunement allusion à cette nouvelle, pourtant accessible depuis la troisième semaine de juillet! Étant aux premières loges du dossier ACI, je m’explique mal que ce dernier et les membres du conseil ne soient pas au courant de cette information sur un point qu’ils jugent « préoccupant » depuis très longtemps. En suivant de près ce dossier, comme ils nous l’affirment continuellement, il est difficile de passer à côté de cette nouvelle.
 
Il est évident que cette « inexactitude » dans l’information acheminée à tous les membres de la CIGM, avec tout ce que cela laisse sous-entendre dans le débat actuel, provoque chez moi de grandes inquiétudes. Cela m’incite d’ailleurs à me questionner sur «les motivations profondes » de M. Juanéda, à ne pas faire part de ce fait nouveau. C’est bien de parler de « transparence exemplaire », c’est mieux lorsqu’on le démontre clairement par des gestes concrets.
 
Par ailleurs, il est tout aussi particulier d’apprendre, par la voix des médias officiels (Les courtiers en immeuble veulent quitter l'Association canadienne) que la séparation des Chambres immobilières du Québec avec l’ACI se résume à une question d’argent. Depuis le début des communications de la CIGM, cette dernière a mis la question de la révision des dépenses de l’ACI et des coûts, au 4erang de ses revendications. Comment les courtiers, membres de la CIGM, doivent-ils réagir en percevant ces doubles discours? Les joueurs tiers, style Dup, pourront-ils utiliser cette nouvelle à l’encontre des courtiers? Quel en sera l’effet sur la perception du public?
  
La seule réaction saine d’esprit dans de telles circonstances est de poser des questions, encore et encore, pour démêler la réalité des faux-fuyants et des éventuels agendas cachés.
 
 
Des occasions de tirer les choses au clair?
 
Cela étant dit, je me réjouis toutefois de la décision de la CIGM d’aller de l’avant avec une série de rencontres d’information aux courtiers, au tout début de septembre. Non seulement, les représentants de la CIGM seront là pour nous exposer, je l’espère, tous les faits, ils seront de plus accompagnés de représentants de l’ACI. Nous aurons donc enfin l’opportunité d’avoir les deux côtés de la médaille.
 
Je déplore malgré tout que le processus n’ait pas été pris en charge par la Fédération des Chambres immobilières du Québec (FCIQ) afin de permettre à tous les courtiers, de toutes les régions du Québec, d’avoir accès à la même information et au même processus objectif. Il ne me reste plus qu’à souhaiter que l’idée fasse malgré tout son chemin pour donner une égalité des chances à tous les courtiers immobiliers du Québec.
 
En attendant ces rencontres, auxquelles j’invite tous les courtiers membres de la CIGM à participer et, compte tenu de tout ce qu’on peut lire et entendre sur ce dossier, je crois plus pertinent que jamais d’adresser également des questions aux responsables de l’ACI.  En m’adressant aux diverses instances concernées, j’espère pouvoir obtenir des précisions, voire même des réponses qui pourront nous aider à nous faire une meilleure idée des enjeux actuels, avant d’avoir à se prononcer officiellement.
 
Dans les diverses communications concernant ce dossier et émanant principalement de la CIGM, on revient maintes fois sur certains points litigieux et sur quatre revendications spécifiques. Je me suis donc attardé sur ces éléments plus particulièrement. J’espère que l’ACI pourra nous préciser son point de vue. Si vous avez d’autres questions, n’hésitez pas à me les soumettre.
 
  • En matière de publicité, qu’est-ce qui empêche l’ACI de reconduire l’entente survenue avec la CIGM lui permettant de gérer à la fois le volet créatif et le budget pour le Québec? Est-il possible de conclure une entente à long terme sur ce point?
     
  • Est-il vrai qu’aucun développement positif ne doit être attendu à court terme sur la question des services à la carte? Si tel est le cas, quelles sont les principales raisons qui empêchent l’ACI de répondre aux besoins spécifiques de certaines régions en adoptant le principe des services à la carte?
     
  • Quels sont les services réclamés par la CIGM qui pourraient faire l’objet d’une proposition de type services à la carte?
     
  • Quel est l’investissement financier requis pour le dossier d’envergure que constitue la diffusion des données? Sur quelle base, l’ACI entend effectuer le partage des coûts?
     
  • En tenant compte de l’existence d’un processus de transfert de données déjà bien rodé au Québec, est-ce que l’ACI entend imposer son nouveau système coûte que coûte ou permettre à des régions de ne pas y adhérer?
     
  • À une époque où l’on prône partout les principes de saine gestion et bonne gouvernance, qu’est-ce que l’ACI a mis en place pour respecter ces principes et veiller, notamment, à limiter les augmentations de cotisations aux membres?
     
  • Quels sont les points sur lesquels l’ACI a carrément refusé de négocier avec la CIGM?
     
  • Y a-t-il des services offerts par l’ACI qui pourraient être davantage exploités par les membres du Québec?
     
  • Est-ce que le processus actuel de préparation d’un plan pancanadien sur l’avenir de l’industrie immobilière constitue une menace pour les instances québécoises? Si oui, de quelle façon? Est-ce que cela légitimerait l’urgence de procéder à la séparation avant son adoption?
     
  • Est-ce que l’ACI refuse de tenir compte, dans son processus actuel de planification, des particularités québécoises (Loi, code de déontologie, langue, système en place, etc.)?
     
  • N'est-il pas vrai que le site Realtor.ca constitue la ou l’une des principales sources de trafic du site Centris.ca?
 

Étant donné que le président de la Chambre immobilière du Grand Montréal a lui-même évoqué « que les choix de quitter ou rester comportent des risques sérieux pour l'avenir »,il m’apparaît important de poser également cette question aux gens de l’ACI :
  • Quelles sont les principales conséquences financières et autres, d’une éventuelle séparation avec toutes les Chambres immobilières du Québec, pour les membres eux-mêmes? Pour l’industrie québécoise et canadienne?
      

Comme vous, j’ai bien hâte d’obtenir des réponses qui nous permettront d’y voir plus clair. J’espère que nous serons en mesure d’avoir l’heure juste sur ce dossier complexe, comme on nous le répète, depuis très longtemps. Il serait dommage d’obliger les courtiers à se faire une idée à la va-vite, sans leur donner le temps de digérer toute l’information reçue. C’est pourquoi je continue à réclamer de nos dirigeants qu’ils nous fournissent des réponses ou des éléments de réponse avant ces rencontres. Qu’en pensez-vous?
 


Ajouter un commentaire

Prénom :*
Nom :*
Agence :*
Commentaire :*


 

Voulez-vous ajouter la pratique hypothécaire à vos services immobiliers?
Découvrez comment augmenter vos revenus!




Vous êtes franchisé et vous souhaitez évaluer d'autres modèles d'affaires?
Nous avons la solution!




Comment faire profiter à vos courtiers des services du RCIIQ tout en demeurant indépendant?
Voici comment!




Connaissez-vous les avantages à devenir membre du RCIIQ?
Et ce n'est qu'un début, ici!




Vous travaillez avec des inscriptions commerciales et vous recherchez un appui dans vos transactions?
Découvrez notre équipe commerciale!






Inscrivez-vous gratuitement à notre infolettre

Votre courriel :*



Restez branché!

Recevez en direct nos alertes « dernières heures », et toutes les nouvelles du site en vous abonnant à notre fil RSS!








Copyright (C) Yvon Poirier 2011 - Tous droits réservés