Les intérêts des courtiers sont-ils protégés?

Lundi, 27 août 2012



Cette situation d’affaiblissement des courtiers immobiliers ne date pas d’hier. Tous les acteurs de l’industrie le reconnaissent, notre système de collaboration inter-agences est perçu comme un mal nécessaire par les grands franchiseurs. Il n’est pas davantage évident pour ces derniers d’accepter que les Chambres immobilières développent des outils et services pour aider tous leurs membres. Peut-on alors parler de concurrence entre les deux types d’organisations? Si l’on se fie à certains propos, il semble bien que ce soit le cas, du moins selon le point de vue de certains franchiseurs.
 
Quoiqu’il en soit, la coopération étant à la base même de notre industrie, elle-même régie par une loi provinciale, nous devons tous en tenir compte. Jusqu’à maintenant, l’industrie québécoise du courtage immobilier s’en est très bien accommodée. Elle a même fait preuve d’avant-gardisme en réussissant par exemple à rassembler toutes les inscriptions des courtiers au Québec au sein d’un système unique avec Centris.ca.
 
Curieusement, cette impulsion dynamique s’est arrêtée en 2010. Tout d’abord par le lancement raté du site Centris.ca. Par la suite, nous n’avons jamais vu la couleur des outils et services prévus à la conception de la plate-forme Centris. Nous n’avons pas davantage eu de présentation sur des projets pour démontrer la flexibilité et le potentiel du système Centris dans ses prochaines phases de développement.
 
Ce petit retour en arrière nous fait prendre conscience que la situation que nous vivons actuellement est une suite logique orchestrée depuis plusieurs années déjà. En ayant lentement mais sûrement préparé le terrain, on nous amène maintenant à envisager le retrait de l’ACI. Un tel retrait diminue l’apport de services aux courtiers et modifie le rapport de force entre les divers acteurs. La question demeure toujours aussi pertinente : qui bénéficiera vraiment de cette diminution de services?
 
Au-delà du 63 cents par jour et autres arguments plus ou moins étoffés avancés par la CIGM, qu’est-ce qui motive vraiment cette dernière à quitter l’ACI? Existe-t-il un agenda caché? Avons-nous les moyens comme courtiers indépendants et franchisés, d’être dupes au point de se laisser mener aveuglément? Être membre d’une Chambre immobilière, l’équivalent pour nous d’une association professionnelle, ne nous donne-t-il pas le droit de réclamer de nos représentants qu’ils travaillent pour le bien commun de tous les membres, sans exception, sans égard aux intérêts corporatistes?
 
Il est temps plus que jamais d’examiner l’ensemble des éléments avec une vision globale sans perdre de vue notre objectif commun : mieux vivre de notre profession.
 

Ajouter un commentaire

Prénom :*
Nom :*
Agence :*
Commentaire :*


 

Voulez-vous ajouter la pratique hypothécaire à vos services immobiliers?
Découvrez comment augmenter vos revenus!




Vous êtes franchisé et vous souhaitez évaluer d'autres modèles d'affaires?
Nous avons la solution!




Comment faire profiter à vos courtiers des services du RCIIQ tout en demeurant indépendant?
Voici comment!




Connaissez-vous les avantages à devenir membre du RCIIQ?
Et ce n'est qu'un début, ici!




Vous travaillez avec des inscriptions commerciales et vous recherchez un appui dans vos transactions?
Découvrez notre équipe commerciale!






Inscrivez-vous gratuitement à notre infolettre

Votre courriel :*



Restez branché!

Recevez en direct nos alertes « dernières heures », et toutes les nouvelles du site en vous abonnant à notre fil RSS!








Copyright (C) Yvon Poirier 2011 - Tous droits réservés