La professionnalisation, une solution? - Les courtiers immobiliers pourront-ils réussir mieux que les agences de voyages?

Jeudi, 13 décembre 2012

 
 
 


Je n'ai pu m'empêcher de faire des parallèles avec notre profession de courtier immobilier lorsque j'ai lu récemment l'article de Paul Simier dans le Journal de Montréal. Dans son texte intitulé « L'Internet et l'agent de voyages deviennent complémentaires », il démontre que 20 années après avoir annoncé en grandes pompes la fin des agences de voyages traditionnelles, il existe toujours une industrie du voyage florissante au Québec avec quelque 800 agences détentrices d'un permis officiel.
 
En cette année fertile en bouleversements de toutes sortes dans notre industrie, dont l'arrivée d'un deuxième joueur important pour conquérir le marché des AVPP, il me semble tout indiqué de réfléchir ensemble sur le rôle du courtier immobilier dans un univers marqué par l'Internet et les médias sociaux. Avant de s'y attarder, je vous reproduis les trois premiers paragraphes de cet article pour que vous puissiez faire les liens qui s'imposent.
 
« Il est déjà loin le temps où l'agent de voyages était la principale et parfois même l'unique source d'informations quand venait le moment de planifier un voyage ou des vacances. »
 
« Ce professionnel avait alors, plus que la moyenne des citoyens, une expérience concrète des voyages, donc une connaissance du monde, mais aussi et surtout, un accès exclusif aux compagnies aériennes et aux autres fournisseurs de services touristiques. »  
 
« Mais l'informatisation des données a tout changé, mettant fin à l'exclusivité que détenait l'agence de voyages en matière d'accès aux prestataires de services. » […] 
 
 
Une adaptation réussie pour les agences de voyages
 
Comme le souligne avec justesse M. Simier, la « généralisation de l'accès à Internet » a eu un grand impact sur les agences de voyages. Cette vérité s'étend également à bien d'autres secteurs d'activités et plus particulièrement à la profession de courtier immobilier. 
 
Pendant que les acteurs du courtage immobilier cherchent toujours des façons de s'adapter à cette nouvelle réalité façonnée par le Web, il est rassurant de constater que d'autres ont réussi à se forger une place en mettant à profit les facilités de l'Internet tout en faisant valoir leurs compétences.
 
Si l'industrie du voyage québécoise a réussi à s'adapter comme celle des autres pays dans le monde pour trouver sa niche, quelles sont les perspectives pour les courtiers immobiliers québécois?
 
 
L'industrie du courtage immobilier se cherche encore…
 
D'entrée de jeu, je dois admettre que je suis confiant en nos possibilités de relever ce défi. Malgré tout, il est normal que nous exercions notre regard critique. L'industrie du voyage n'a pas attendu à aujourd'hui pour apporter des modifications à ses façons de faire. Cela n'a pas été facile, on s'en doute. Néanmoins, au lieu de se plaindre des méfaits de l'Internet, elle a su en maîtriser ses atouts pour mettre en évidence ses propres compétences.
 
Qu'en est-il pour l'industrie du courtage immobilier ces vingt dernières années? Nos principales instances (ACAIQ-OACIQ, FCIQ et Chambres immobilières) ont concentré leurs efforts sur la réforme de la Loi sur le courtage immobilier et sur la mise en place des outils technologiques alors que les franchiseurs ont bâti leur propre infrastructure Web. Rien n'a émergé pour préparer les courtiers à s'adapter à la nouvelle réalité. Il aura fallu attendre la mise sur pied du Sommet de l'immobilier, voilà un an, pour réfléchir sur le rôle du courtier immobilier dans ce nouvel univers influencé par le Web, sur son positionnement et sa valorisation.
 
 
La professionnalisation
 
Bien que les retombées du Sommet de l'immobilier semblent prometteuses, il y a encore loin de la coupe aux lèvres, pour le moment. Le consensus qui se dégage des discussions de ce Sommet pointe un seul aspect : la professionnalisation. Est-ce la panacée à tous nos maux? Nous sommes en droit de nous le demander. Tout comme il nous faut être conscients que la « professionnalisation » exige une implication active de chaque courtier immobilier, à commencer par un changement dans la perception de son propre rôle.
 
Les instances auront beau instituer une panoplie de règles à respecter, chaque courtier immobilier doit prendre conscience tout d'abord de l'importance de sa fonction de professionnel. Sans vouloir décrier les agences de voyages ou toute autre profession, il faut se rappeler que nous jouons un rôle crucial auprès des consommateurs dans leur projet de devenir propriétaire.
 
Avec la montée en flèche de la valeur des propriétés, l'achat d'une maison constitue l'investissement le plus important dans une vie tout en composant le principal actif du patrimoine familial. Il s'agit d'une caractéristique distinctive qui devrait nous amener à réaliser notre haut niveau de responsabilité dans la réussite d'une transaction et dans la satisfaction de la clientèle.
 
En changeant notre propre perception de notre rôle, en réalisant son caractère essentiel, en l'intégrant dans nos pratiques quotidiennes par l'entremise d'une plus grande rigueur, par exemple, nous serons bien davantage outillés pour nous promouvoir auprès des consommateurs et leur faire comprendre l'apport de notre profession. 
 
 
La responsabilité du courtier immobilier
 
Il nous faut proposer une alternative de choix à la question d'un consommateur qui se demande aujourd'hui, s'il doit privilégier Internet et les services de firmes tiers pour l'achat ou la vente d'une propriété ou utiliser les services d'un courtier immobilier.
 
À titre de professionnel du courtage immobilier que pouvons-nous répondre? Prenons-nous le temps de nous mettre dans la peau du consommateur pour comprendre ses nouvelles attentes? Qu'est-ce que nous pouvons proposer pour mieux répondre à ses besoins? Que pouvons-nous faire personnellement pour augmenter la valeur ajoutée de notre rôle dans toute la démarche de la vente ou l'achat d'une propriété?
 
Si j'en juge l'expérience vécue par les agences de voyages, il leur a fallu renoncer au fait qu'elles ne pourraient plus désormais détenir un accès exclusif aux informations. Elles ont dû combler la perte de commissions versées par les compagnies aériennes par d'autres sources de revenus. Elles ont également dû modifier leurs façons de faire pour tenir compte des nouveaux comportements des consommateurs. Finalement, elles ont dû accepter le fait qu'elles partageraient désormais leur marché avec une quantité d'autres joueurs.
 
Quelles leçons devons-nous en tirer? Que nous réserve l'avenir? Bien que nous soyons tous régis par une Loi et des règles bien définies, nous sommes responsables de notre futur. Notre industrie est basée sur le principe de la collaboration. De ce fait, nous sommes tous responsables de nos propres succès, de ceux des autres et de notre industrie.
 
Si vous aviez à décrire le futur de notre profession, comment le présenteriez-vous? Êtes-vous d'accord avec la professionnalisation de la fonction du courtier immobilier? Y voyez-vous un moyen de vous imposer comme ressource incontournable auprès des consommateurs? Partagez-nous vos réflexions sur l'avenir du courtage immobilier à l'aube de la nouvelle année.


Ajouter un commentaire

Prénom :*
Nom :*
Agence :*
Commentaire :*


 

Voulez-vous ajouter la pratique hypothécaire à vos services immobiliers?
Découvrez comment augmenter vos revenus!




Vous êtes franchisé et vous souhaitez évaluer d'autres modèles d'affaires?
Nous avons la solution!




Comment faire profiter à vos courtiers des services du RCIIQ tout en demeurant indépendant?
Voici comment!




Connaissez-vous les avantages à devenir membre du RCIIQ?
Et ce n'est qu'un début, ici!




Vous travaillez avec des inscriptions commerciales et vous recherchez un appui dans vos transactions?
Découvrez notre équipe commerciale!






Inscrivez-vous gratuitement à notre infolettre

Votre courriel :*



Restez branché!

Recevez en direct nos alertes « dernières heures », et toutes les nouvelles du site en vous abonnant à notre fil RSS!








Copyright (C) Yvon Poirier 2011 - Tous droits réservés