Chiffres à l'appui - Légitimité affaiblie de la CIGM

Mardi, 30 octobre 2012

 
 
 


La poussière est retombée depuis plusieurs semaines sur le sujet épineux du départ éventuel de la Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM) de l’Association canadienne de l’immeuble (ACI). Malgré tout, l’intérêt des courtiers est toujours aussi fort même si les informations se font plutôt rares sur ce sujet présentement.
 
J’appuie mes dires sur les questions que je reçois régulièrement de courtiers. Certains d’entre eux m’ont d’ailleurs demandé de publier les résultats du sondage que nous avions réalisé au cours de cette saga estivale. Sans plus tarder, je me permets de vous les dévoiler.
  • 83,2 % des 806 participants au sondage mis en ligne sur mon blogue, du 23 juillet au 14 octobre 2012, ont affirmé être en désaccord de perdre le MLS et tous ses bénéfices (applications mobiles Realtor et ICX, visibilité, achalandage accru sur le site Centris, etc.).
  • Seulement 142 répondants ont manifesté leur accord (16,8 %).
 
Cet exercice de consultation en ligne n’a pas l’envergure de celui de la CIGM, j’en conviens. Cependant, il a été réalisé en respectant les règles pour limiter les votes multiples à l’aide du même ordinateur. Il a également suscité un fort taux de participation. Cela fournit donc une indication relativement fiable.
 
Ce qui est intéressant dans ces résultats, c’est le message clair et non équivoque. Les courtiers ne souhaitent pas perdre tous les avantages obtenus par leur membership à l’ACI. Même si la CIGM met l’emphase sur le 40,4 % de votants en faveur du retrait de l’ACI, lors de sa consultation en septembre dernier, elle ne peut cacher le fait que 59,7 % des autres courtiers préféraient rester au sein de l’ACI. Peu importe si c’est parce qu’ils militent en faveur du statu quo ou parce qu’ils donnent du temps à l’ACI et à la CIGM de démontrer leur capacité à répondre aux véritables besoins des courtiers.
 
Nous pouvons peut-être faire dire ce que l’on veut aux chiffres… Il n’en reste pas moins que le 60 % obtenu lors de la consultation de la CIGM et le 83 % de mon humble sondage, confirment que les courtiers ne sont pas prêts à donner un chèque en blanc aux dirigeants de la CIGM.
 
En regard à ces statistiques, la CIGM n’a aucune légitimité à mettre de l’avant une quelconque démarche de séparation avec l’ACI sans retourner à nouveau en consultation auprès de ses membres.  Dans nos démocraties, un 40 % ne procure pas de majorité, même si en proposant trois options, on tente de diviser le vote.
 
Dans les faits, si la CIGM avait respecté son plan de match initial en fournissant deux choix aux courtiers au lieu de trois, le résutat aurait donc été : 59,7 % en faveur du statu quo et 40,4 % pour un retrait. Il n’y a pas que quoi à pavoiser. Qu’en pensez-vous?
 

Ajouter un commentaire

Prénom :*
Nom :*
Agence :*
Commentaire :*


 

Voulez-vous ajouter la pratique hypothécaire à vos services immobiliers?
Découvrez comment augmenter vos revenus!




Vous êtes franchisé et vous souhaitez évaluer d'autres modèles d'affaires?
Nous avons la solution!




Comment faire profiter à vos courtiers des services du RCIIQ tout en demeurant indépendant?
Voici comment!




Connaissez-vous les avantages à devenir membre du RCIIQ?
Et ce n'est qu'un début, ici!




Vous travaillez avec des inscriptions commerciales et vous recherchez un appui dans vos transactions?
Découvrez notre équipe commerciale!






Inscrivez-vous gratuitement à notre infolettre

Votre courriel :*



Restez branché!

Recevez en direct nos alertes « dernières heures », et toutes les nouvelles du site en vous abonnant à notre fil RSS!








Copyright (C) Yvon Poirier 2011 - Tous droits réservés